HORAIRES


CONFIER UNE
INTENTION DE PRIERE



JOINDRE
LA COMMUNAUTE



ACCUEIL
A L'HOTELLERIE





mentions légales

COMMENTAIRES
SUR LA REGLE DE SAINT BENOIT

Chapitre 2, Versets 22 à 29
CE QUE DOIT ETRE L'ABBE

22. L'abbé doit donc témoigner une charité égale à tous, avoir les mêmes exigences dans tous les cas suivant les mérites.

23. Dans son enseignement, d'autre part, l'abbé doit toujours observer la norme que l'Apôtre exprime ainsi : « Reprends, supplie, réprimande »,

24. c'est-à-dire que, prenant successivement des attitudes diverses, mêlant les amabilités aux menaces, il se montrera farouche comme un maître et tendre comme un père.

25. C'est dire qu'il doit reprendre durement les indisciplinés et les turbulents, supplier d'autre part les obéissants, les doux et les patients de faire des progrès ; quant aux négligents et aux méprisants, nous l'avertissons de les réprimander et de les reprendre.

26. Et qu'il ne laisse point passer les fautes des délinquants, mais qu'il les retranche jusqu'à la racine dès qu'elles commencent à se montrer, pendant qu'il en a encore le pouvoir, se souvenant de la condamnation d'Héli, le prêtre de Silo.

27. Les âmes bien nées et intelligentes, qu'il les reprenne une et deux fois par des admonitions verbales,

28. mais les mauvais sujets, durs, orgueilleux, désobéissants, que les coups et le châtiment corporel les arrêtent dès le début de leur faute, vu qu'il est écrit : « On ne corrige pas un sot avec des mots »,

29. et encore : « Frappe ton fils de la verge et tu délivreras son âme de la mort. »

Commentaire de Père Abbé Luc

Après les deux recommandations faites à l'abbé de veiller à la cohérence de sa vie, ainsi qu'à sa liberté dans la manière de vivre les relations, s'ajoute une 3° recommandation: celle d'oser dire et agir pour reprendre, supplier et réprimander les frères. Oser se montrer « farouche comme un maitre et tendre comme un père, mêlant les amabilités aux menaces ... » Ce rôle demandé à l'abbé n'est pas sans rappeler le rôle des prophètes à qui Dieu demandait de dire des paroles difficiles qui allaient les mettre parfois en porte à faux, voire susciter l'hostilité et la haine de beaucoup... On entend Jérémie se plaindre d'avoir des paroles trop dures à dire, ou bien le prophète Amos témoigner que c'est le Seigneur qui est venu le chercher denière son troupeau pour prophétiser... Et au prophète Ezéchiel, le Seigneur dit:« Toi aussi fils d'homme, je t'ai fait sentinelle pour la maison d'Israël ...Si je dis au méchant: 'Méchant, tu vas mourir' et que tu ne parles pas pour avertir le méchant d'abandonner sa conduite, c'est lui, le méchant, qui mourra de son péché, mais c'est à toi que je demanderai compte de son sang» Ez 33 7-8. En quelque sorte, l'abbé est une sentinelle pour la communauté, qui veille pour que la communauté ne perde pas le cap de la recherche qui lui incombe de mener, en vertu de sa vocation. Sentinelle pour prévenir du danger qui pounait subvenir en cas d'assoupissement. Sentinelle pour réveiller tel ou tel qui serait pris dans des ténèbres mortifères ... Réveiller ou reprendre un frère, est chose bien délicate que personne ne fait facilement.. .sauf peut-être celui qui, trop aveugle sur lui- même, projette sur les autres ses propres difficultés et tente de les guérir chez l'autre plutôt qu'en lui-même. En fait, pour l'abbé, il s'agit avant tout d'aider le frère qui s'égare à revenir au meilleur de lui-même et de l'appel qu'il a entendu. Car nos errances et nos péchés ne sont souvent que de bien pâles expressions de notre désir vrai. Al' abbé sentinelle, il revient de croire en la lumière qui vient de Dieu et qui se trouve toujours enfouie en chaque frère. Une aurore peut toujours se lever pour chacun. Dieu nous espère toujours et sans cesse. Et son espérance va plus loin que la nôtre spontanée qui désire voir le frère mieux entrer dans nos catégories. Dieu désire que chacun prenne la vraie mesure de son être de fils de Dieu. La sentinelle la plus fidèle et la plus perspicace, c'est lui notre Dieu.