Textes spirituels

Règle de saint Benoît

Commentaires sur
la Règle

Homélies

Méditations

Références bibliographiques



Formations, stages


COMMENTAIRES
SUR LA REGLE DE SAINT BENOIT

Chapitre 42, Versets 1 à 10
QUE PERSONNE NE PARLE APRES COMPLIES.

1. En tout temps les moines doivent cultiver le silence, mais surtout aux heures de la nuit.

2. Aussi en tout temps, qu'il y ait jeûne ou déjeuner, –

3. si c'est un temps où l'on déjeune, dès qu'ils se seront levés du souper, tous s'assiéront ensemble et quelqu'un lira les Conférences ou les Vies des Pères ou autre chose qui édifie les auditeurs,

4. mais pas l'Heptateuque ou les Rois, parce que ce ne serait pas bon pour les intelligences faibles d'entendre cette partie de l'Écriture à ce moment-là ; on les lira à d'autres moments.

5. Si c'est un jour de jeûne, une fois les vêpres dites, après un petit intervalle on passera à la lecture des Conférences, comme nous l'avons dit ;

6. on lira quatre ou cinq feuillets ou autant que l'heure le permettra,

7. tandis que tous se rassemblent grâce à ce délai de la lecture, si l'un ou l'autre était pris par une fonction à lui confiée, –

8. donc une fois que tous seront réunis, ils célébreront complies, et en sortant des complies, on n'aura plus désormais la permission de dire quelque chose à quiconque, –

9. si quelqu'un est pris à transgresser cette règle du silence, il subira un châtiment sévère, -

10. sauf s'il survient une nécessité du fait des hôtes ou que l'abbé vienne à commander quelque chose à quelqu'un.

Commentaire de Père Abbé Luc

« En tout temps, les moines doivent cultiver le silence, mais surtout aux heures de la nuit » ... Un des deux jeunes lycéens venus dernièrement à Pâques me disait qu'il ne lui avait pas été facile de vivre le silence à son arrivée au monastère. Le silence peut faire peur, comme en témoignent aussi nos hôtes à qui est demandé de prendre le repas du soir sans parler. Le silence peut donner l'impression d'un isolement, ou encore qu'on néglige la relation avec ceux qui nous entourent.
En réalité, le silence est un beau cadeau que nous pouvons nous faire les uns aux autres. Silence des lèvres, silence des yeux, silence des gestes. Par ce silence, nous nous témoignons une réelle charité: celle de préserver pour soi-même et aussi pour l'autre l'espace d'intimité avec le Seigneur. Le Christ est là dans notre cœur. Le silence nous apprend à revenir à notre cœur qui est si prompt parfois à aller courir à l'extérieur ... Pour chercher quoi? Le soutien d'un regard, l'appui d'une reconnaissance, un encouragement, parfois du divertissement, ou encore une sorte de fuite dans l'oubli ... Au contraire, le silence permet de se reposer en soi, en Dieu, avec soi, avec Dieu. Je voudrais inviter chacun à repérer dans son quotidien, ces instants privilégiés où il goûte quelque chose de ce repos: les minutes qui précèdent le début de l'office, le déplacement vers l'église, la prière de None en solitaire, le temps du soir avant le coucher. .. Ne laissons pas une certaine agitation nous imposer son rythme, comme si nous étions toujours à la traîne de quelque chose, conduits à notre insu.
Ici, le silence de la nuit a une place particulière. Il nous offre un rendez-vous privilégié avec le Seigneur. Ce silence nous entraine plus loin dans le lâcher prise vis-à-vis des tâches quotidiennes. Tout notre être peut respirer autrement, plus profondément. Le silence de la nuit s'offre à nous pour écouter et recevoir notre vie de manière nouvelle, à travers le repos, mais aussi à travers la prière, ou certaines lectures choisies. Temps de la passivité recréatrice au regard du temps diurne souvent très actif et réactif. Le silence de la nuit se présente comme un allié sûr pour consentir à nous remettre dans les mains de Dieu, à la manière d'un enfant. Consentir à entrer dans la confiance. « Dans la paix moi aussi, je me couche et je dors, car tu me donnes d'habiter, Seigneur, seul, dans la confiance» dit le Ps 4 aux Complies du dimanche. Oui, soyons heureux du silence qui habite notre maison de jour et de nuit. Préservons-le. Avec lui, nous entretenons notre capacité à respirer plus profondément, dans la confiance et l'espérance. 31 mai 2017